--   --

oo




Finistère
29

Recherche personnalisée
A voir aussi sur le Finistère
Also to be seen about
Finistere

Villes/main cities

Petites cités, villages
Little cities and villages

Iles/islands
Ouessant

Sur cette page/on this page
Les îles
Islands
Villes
Cities

Faire un click sur la carte pour obtenir celle avec liens
Click the map to get the one with links
 
Le Finistère a pour préfecture Quimper et pour sous-préfectures Brest, Châteaulin et Morlaix. Le département se situe sur la pointe de la Bretagne, c'est la partie la plus occidentale de la Bretagne, là où "finit la terre". Ses eaux accueillent deux parcs naturels : le parc Naturel Régional d'Armorique, le Parc Naturel Marin d'Iroise, et la réserve biosphère des îles de la mer d'Iroise. Ses côtes sont parsemés de ports renommés. Brest étant l'un des 2 ports principaux de métropole abritant la marine de guerre française. Deux grands ports de pêche se trouvent sur les côtes du Finistère : Quimper, au fond de la baie de l'Odet et Concarneau. Des îles parsèment ses côtes, la plus grande est Ouessant, puis viennent l'île de Sein, l'île de Batz, l'île Molène. A la pointe du Finistère se trouve la pointe du Raz, sur le cap Sizun. Le site est labellisé "Grand Site de France". En face se trouve l'île de Sein. Autre lieu incontournable : la presqu'île de Crozon, entre la pointe du Raz et la pointe St-Mathieu.

Avertissement
Les peintures présentées sont la propriété de leurs ayant-droits. Il est nécessaire d'obtenir leur autorisation pour toute utilisation commerciale. D'autre part, une reproduction, ne rend jamais parfaitement la qualité et la réalité d'un tableau. Les présentations qui vous sont faites ici ont aussi pour but de vous donner l'envie d'aller les voir dans les musées, ou les galeries d'art.
Warning! These paintings are under copyright for commercial use.

Retour de pêche au cap Sizun par Edouard Richard (1883-1955)

Pointe du raz en Cap Sizun, labellisée grand site de France (Vidéo en français 7')
 

Tourisme

Bretagne.com Visiter le Finistère
Comité départemental du tourisme du Finistère the departmental committee of tourism Finistère
Prédecture du Finistère Les services de l'Etat dans le Finistère
Parc Naturel Régional d'Armorique Il s’étend des monts d’Arrée, à la vallée de l’Aulne, en passant par la rade de Brest et jusqu’à la presqu’île de Crozon et les îles de la mer d’Iroise. Il a été le 2ème Parc naturel régional créé en France et le premier en Bretagne. Il a pour mission d’accompagner le développement durable de son territoire.
Parc Naturel Marin d'Iroise là où finit la terre commence la mer d’Iroise. Depuis 2007, le Parc Naturel Marin d’Iroise, dont le siège administratif se trouve au Conquet, veille sur cette mer mythique pour les navigateurs. Malgré la lueur des nombreux phares qui jalonnent la côte et les îles de Sein, Molène et Ouessant, ses récifs aiguisés par les tempêtes sont parmi les plus périlleux au monde. C’est la rencontre d’un puissant courant froid avec les côtes rocheuses qui crée un environnement aussi dangereux, mais d'autre part propice au développement de la vie marine. Ces conditions particulières permettent notamment la présence du plus grand champ d’algues des côtes de France. Les diverses espèces de poissons et de crustacés qui trouvent refuge sur ce plateau rocheux nourrissent de nombreux mammifères dont le grand dauphin ou le phoque gris et plusieurs espèces d’oiseaux marins vulnérables.

Le Parc Naturel Marin d'Iroise (Vidéo en français 14'40)

Avertissement
Les peintures présentées sont la propriété de leurs ayant-droits. Il est nécessaire d'obtenir leur autorisation pour toute utilisation commerciale. D'autre part, une reproduction, ne rend jamais parfaitement la qualité et la réalité d'un tableau. Les présentations qui vous sont faites ici ont aussi pour but de vous donner l'envie d'aller les voir dans les musées, ou les galeries d'art.
Warning! These paintings are under copyright for commercial use.

Concarneau par Henri Miloch
Détente au bord de l'eau, le vieux port de Loctudy vu de Kerazan par Georges Souillet (1861-1947)
 


Le Finistère vu du ciel (Vidéo 6'20)


La Pointe du Raz vue du ciel (Vidéo 1'20 )

Le port de Doélan par Jean Rigaud (1912-1999)
Les phares de l'ïle Vierge. L’île Vierge est située à 1,5 km de la côte, en face de Plouguerneau. Le premier phare, construit en 1845, haut de 33 mètres, avait une portée de 18 miles, ce qui fut jugé insuffisant. Le 2e phare fut construit en 1897. Allumé en 1902, il a une portée de 27 miles. Ce phare, entièrement construit en pierre de taille, est le plus haut du monde, avec ses 82,50 mètres. Le phare est tapissée de 12 500 plaques d’opaline et il faut monter 365 marches si l'on veut pouvoir admirer un panorama exceptionnel sur les Abers.
 

Avertissement
Les peintures présentées sont la propriété de leurs ayant-droits. Il est nécessaire d'obtenir leur autorisation pour toute utilisation commerciale. D'autre part, une reproduction, ne rend jamais parfaitement la qualité et la réalité d'un tableau. Les présentations qui vous sont faites ici ont aussi pour but de vous donner l'envie d'aller les voir dans les musées, ou les galeries d'art.
Warning! These paintings are under copyright for commercial use.

Tempête phare d'Eckmül par Claude Schurr (1921-2014)

Tournée des phares du Sud Finistère (Vidéo en français 2'10)
Le port de Rosbras, Finistère par Berthe Morisot (1841-1895)
 

Villes/cities

Principales villes/main cities

Brest (140 000)
Quimper (63 160)
Concarneau (19 500)
Landerneau (15 900)
Guipavas (14 840)
Morlaix (14 700)
Douarnenez (14 000)
Qimperlé (12 200)
Plouzané (11 700)

10 000 à 5000

Fouesnant (9 670) ¤<O>¤> Landivision (9 140) ¤<O>¤>Pont l'Abbé (8 300) ¤<O> ¤ Ergué-Gabéric (8 300) ¤<O>¤ Crozon (7 400) ¤<O> ¤ Carhaix-Plouguer (7 160) ¤<O>¤ Moelan-sur-Mer (6 760) ¤<O> ¤ St-Pol-de-Léon (6 600) ¤<O> ¤ Lannilis (5 650) ¤<O>¤ Châteaulin (5 200)

< 5000

Clohars Carnoët (4 430) ¤< ¤ Plougonvelin (4 180) ¤<O>¤Combrit-Saintemarine (4 140) ¤<O>¤ Audierne (3 700) ¤<O>¤ Chateauneuf du Faou (3 660) ¤<O>¤ Bénodet (3 600) ¤<O>¤ Roscoff (3 450) ¤<O>¤ Pont-Aven (2 800) ¤<O> ¤ Le Conquet (2 730) ¤<O>¤ Guilvinec (2 670) Camaret s/Mer (2 500)

Brest

Brest est une ville de 140 000 habitants (210 000 avec sa métropole), la plus importante du Finistère, dont elle est l'une des sous-préfectures. La ville accueille également la préfecture maritime de l'Atlantique. C'est le deuxième port militaire de France, par son importance, après celui de Toulon. Brest est aussi une ville universitaire, avec universités et grandes écoles. C'est en 1631 que Richelieu fait de Brest un port militaire car c'était le seul, avec Toulon, à pouvoir accueillir de grands vaisseaux de guerre au XVIIe siècle. La ville possède 9 bâtiments inscrits ou classés au titre des monuments historiques... Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

Brest vue du ciel (video 2'15)
 

Quimper

Quimper est une ville de 63 160 hbitants, préfecture du département du Finistère, et capitale de la Cornouille. Elle est située au fond de l'estuaire de l'Odet, à 15 kilomètres de la côte Atlantique. Quimper possède un riche patrimoine : 58 édifices protégés au titre des monuments historiques et est classée ville d'art et d'histoire. La cathédrale Saint-Corentin a vu le début de sa construction au XIIIe siècle, travaux qui se sont succédés ensuite jusqu'au XVe siècle, puis en 1856 pour ses flèches. Le charme de la ville tient beaucoup à ses maisons anciennes, datant des XVIe et XVIIe siècles. Une partie des remparts des XIVe et XVIe siècles sont toujours visibles. La faïencerie participe de la réputation de Qimper. En 1690, un faïencier venu d'un vilalge près de Marseille s'installe à Quimper. En 1707 son fils vient le rejoindre pour perpétuer l'activité. Par la suite, deux grandes faïenceries vont prospérer et assurer la propérité de la faïence de Quimper. Un musée de la faïen,ce a vu le jour dans la ville, retraçant l'histoire de la faïence de Quimper... Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

Quimper by drone (Vidéo 3')
 

Concarneau

Concarneau est une ville de 19 500 habitants, située dans département du Finistère, au fond d'une des plus belles baies de Bretagne, à 25 kilomètres au sud de Quimper. Ancienne place forte, la cité possède une "ville close" ceinte de remparts en granite, larges de 2,5 à 3 mètres, située entre les ports de pêche et de plaisance. Les remparts possèdent 9 tours et sont percés de 3 portes. C'est là le berceau de Concarneau, dont on connait l'existence depuis le XIe siècle. De nos jours, on accède à la ville close par un unique pont-lévis. On peut également accéder à la ville close par un petit bac, reliant la Ville Close au Passage, un ancien quartier de pêcheurs. Au XIXe siècle l'essor de la cité nécessita un développement urbain sur les rives proches. L'activité économique fut boostée par l'intallation de conserveries. On en comptait jusqu'à 32 au début du XXe siècle. De nos jours, la pêche côtière, la construction navale et la filière des bateaux de plaisance tiennent une place importante dans l’économie de la cité, ainsi que le tourisme, Concarneau étant classée "station de tourisme"... Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

Concarneau by drone (Vidéo 2'40)

Avertissement
Les peintures présentées sont la propriété de leurs ayant-droits. Il est nécessaire d'obtenir leur autorisation pour toute utilisation commerciale. D'autre part, une reproduction, ne rend jamais parfaitement la qualité et la réalité d'un tableau. Les présentations qui vous sont faites ici ont aussi pour but de vous donner l'envie d'aller les voir dans les musées, ou les galeries d'art.
Warning! These paintings are under copyright for commercial use.

Le Pardon de Ste-Anne-la-Palud par Suzanne Guéguen (1900-1979)

 

Landerneau

Landerneau est une ville de 15 900 habitants, la quatrième du Finistère qui se situe au bord d'un amer ancré dans les terres, au fond de la rade de Brest. L'Elorn, qui la traverse, est le dernier cours d'eau où la pêche au saumon est encore possible en France. Il sépare le pays de Léon de la Cornouaille. La navigation est possible jusqu'à Landerneau, mais seulement à marée haute, avec de petites embracations. Dès le moyen-âge, Landernau s'est enrichie gâce au commerce maritime avec le lin dont on fabriquait des toiles de qualité, pour les voiliers et l'habillement, en concurrence avec Lorient. On importait vins, bois et cuir. Sur les quais, les négociants fortunés ont érigé de belles demeures des 17e et 18e siècles ornées de lucarnes ouvragées, de tourelles, de pans de bois, et d’armoiries en forme de lune, devenue le symbole de la ville. L'arrivée du coton sur le marché, la régression de la marine à voile, mettent fin à la prospérité de la ville et les filatures ferment alors leurs portes. La particularité de Landernau se situe au niveau de son pont couvert d'habitations, l'un des 3 qui restent habités en France...
Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page


Landerneau by drone (Vidéo 2'45 )
 

Morlaix

Morlaix est une ville de la côte Nord du Finistère de 14 700 habitants, sous-préfecture du Finistère. Elle se situe au confluent de deux rivières, le Queffleut et le Jarlot, qui forment le Dosenn, ou rivière de Morlaix, qui est en fait un ria ou aber, qui se jette dans la baie de Morlaix, dans la Manche. Cet aber était contrôlé, à son embouchure, par un fort, le fort du Taureau. La physionomie de la vile se reconnaît de suite de par son imposant viaduc à deux niveaux, situé en plein centre de la ville. Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

La ville de Morlaix en Bretagne vue du ciel (Vidéo 1')
 

Douarnenez

Douarnenez est une ville portuaire de 14 000 habitants située au fond d'une baie qui porte son nom, délimitée au Nord par la presqu'île de Crozon, et au sud par la pointe du Raz. La ville se situe au fond d'une "ria" appelée Port-Rhu, en face de l'embouchure de laquelle se trouve l'île Tristan, qui possède un manoir, un phare et un fort. L'île Tristan appartient au Conservatoire du littoral. En 1945 la commune a fusionné avec trois autres : Plouaré, Pouldavid et Tréboul. Cette dernière ancienne commune est en quelque sorte la station balnéaire de Douarnenez, avec sa plage réputée des Sables Blancs, son port de plaisance. Douarnenez possède 3 ports : Rosmeur, port de pêche, Port-Rhu, port musée, et Tréboul, port de plaisance. Le bassin du Port-Rhu, situé au cœur de la ville, fermé par une écluse, il est accessible selon les heures de marée. Aux XVIe et XVIIe siècles, Douarnenez était un important port de commerce, exportant les toiles de Locronan. Au XIXe siècle c'est la pêche à la sardine qui assurera le développement de la cité, avec l'implantation de conserveries qui emploiront une bonne partie de la population... Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

Survol de Douarnenez by drone (Vidéo 2'20)
 

Quimperlé

Quimperlé est une ville de 12 200 habitants, située dans le sud du Finistère. La ville n'est pas côtière, mais se situe à quelques kilomètres de la mer, sur le cours de la Laïta. La Laïta est formée par la convergence, à Quimperlé, de deux rivières, l'Isole et l'Ellé, et constitue un ria ou "aber", vallée de près de 17 kilomètres, submergée par la mer, après la dernière glaciation, et donc soumise au flux et reflux de la marée. Le lieu constitue une limite entre le Finistère et le Morbihan. La cité se trouve à 19 km au Nord-ouest de Lorient et à 44 km à l'Est de Quimper. A l'embouchure de l'estuaire se trouve la station balnéaire du Pouldu qui, à l'instar de Quimperlé, inspira les artistes peintres. On estime la création de la cité en l'an 868, à la place d'une occupation plus ancienne, détruite par les invasions normandes... Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

Visite de la ville de Quimperlé (Vidéo en français 3'35)
 

Pont-L'Abbé

Pont-l'Abbé est une ville de 8 300 habitants, capitale du Pays Bigouden, dans le Finistère doit son nom au pont qui barre la ria (petit estuaire) et la sépare d’un étang qui vit ainsi au rythme des marées. Ce pont habité unit le quartier populaire de Lambour au cœur de la ville qui se développe rive droite autour du château des barons devenu avec la République, l’hôtel de ville.
Le 19ème siècle e la ville connaît une certaine prospérité liée au commerce des produits agricoles. La principale culture qu’exporte le port de Pont l’Abbé c’est la pomme de terre. Entre 1850 et 1902 un chemin de halage fut construit, pour faciliter la remontée de la rivière par les voiliers. Il servit peu de temps, les navires à vapeur remplaçant les voiliers. Progressivement le port de Loctudy va supplanter celui de Pont l’Abbé. Pont l’Abbé a suscité l'intérêt de peintres et écrivains tels Maupassant, Flaubert, Zola…
Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

Pont l'Abbé capitale du pays bigouden (Vidéo 2'30 )

Plougastel-Daoulas

Plougastel-Daoulas est une presqu’île située située entre les deux fleuves côtier Elorn et Aulne, au fond de la rade de Brest. L'endroit est réputé pour la culture de la fraise et, sur le plan patrimonial, dispose d’un riche patrimoine religieux, en ayant l’un des plus beaux calvaires de Bretagne. La prequ'île est un véritable "poumon vert" de Brest. La culture de la fraise prendra son expansion à partir du XVIIIe siècle à Plougastel et ses environs, dans cette terre alluvionnaire si propice à cette culture. Plougastel a également gardé son authenticité étant toujours composée de 160 hameaux, offre des paysages à couper le souffle et ses petits ports de pêche ont conservé leur style d’autrefois. Celui de Tinduff est le seul port d’Europe à proposer une écloserie élevant des naissains de coquilles St-Jacques et de pétoncles, ayant pour but de repeupler la rade de Brest et ses environs à la suite de la surpêche des années 1980. De nos jours, la fraise est l’emblème de la presqu’île, depuis le XVIIIe siècle ! Durant les années 1920, Plougastel, grâce à la culture de la fraise, à son exportation en Angleterre, fut l’une des communes les plus riches de France. Un musée est dédié à la fraise dans le bourg, non loin de l’office de tourisme de Plougastel: Le Musée de la Fraise et du patrimoine .
Plougastel-Daoulas dénombre 7 ports dont 3 connus. Le Tinduff, Lauberlac’h, et le Four à chaux. Le port du Tinduff a été pendant longtemps le port le plus animé et célèbre entre les deux-guerres avec la pêche de la coquille Saint-Jacques. De nos jours Tindiff est devenu un paisible port de plaisance.
Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

Bretagne du sud Plougastel-Daoulas et son magnifique calvaire (Vidéo en français 3'35)
 

Châteaulin

Châteaulin est une ville de 5 200 habitants, sous-préfecture du département du Finistère, située près de l'entrée de la presqu'île de Crozon, entre Landerneau au nord, et Quimper au sud. Elle est traversée par l'Aulne, fleuve côtier qui se jette dans la rade de Brest. Il est relié à d'autres rivières par l'intermédiaire d'écluses et de parties canalisées, pour former le canal de Nantes à Brest. Depuis 1999, une école de gendarmerie s'est installée dans la vile, au sein de la caserne de « la Tour d'Auvergne » qui abritait précédemment le 41ème régiment d'infanterie. On y forme les sous-officiers de la gendarmerie. Cette école participe activement à l'économie de la ville. Châteaulin possède un monument classé : la chapelle Notre-Dame de Châteaulin située sur une butte dominant l'Aulne. Ses parties les plus anciennes au début du XIIIe siècle. A voir également,la chapelle Saint-Compars de Lospars datant du XVIe siècle et dotée de beaux vitraux contemporains. Parmi les personnalités de la ville, la plus prestigieuse est sans conteste Jean Moulin qui y fut nommé sous-préfet en 1930. A la découverte de la ville

Vue de Chateaulin

Avertissement
Les peintures présentées sont la propriété de leurs ayant-droits. Il est nécessaire d'obtenir leur autorisation pour toute utilisation commerciale. D'autre part, une reproduction, ne rend jamais parfaitement la qualité et la réalité d'un tableau. Les présentations qui vous sont faites ici ont aussi pour but de vous donner l'envie d'aller les voir dans les musées, ou les galeries d'art.
Warning! These paintings are under copyright for commercial use.

Chateaulin par Emile Joseph Jules Simon (1890-1976)

Chateaulin, l'église Notre-Dame par Bernard Buffet (1928-1999)

Chateaulin par Laurent Vialet

Chateaulin par D. Kopel
 

Villages, petites cités

--Audierne

Audierne est un village de 3 700 habitants situé dans le Finistère, sur la côte Sud de la pointe du Raz, dans l'estuaire du Goyen. En 2016 la commune a fusionné avec celle d'Esquibien. La tradition marine d'Audierne est très ancienne, et ses marins furent très réputés déjà aux XVe et XVIe siècles. Ils furent parmi les premiers à exploiter les bancs de morue de Terre Neuve. A cette époque, le développement des pêcheries et sécheries stimulèrent le commerce, les navires quittaient le port chargés de poissons, et revenaient avec des marchandises telles que vin, tissus, bois, épices. Au XVIe siècle, les ports d’Audierne et de Penmarc’h étaient les deux principaux ports de commerce bretons. En 1921, la population atteint son maximum démographique, avec 4 151 habitants. Des artistes de renom viennent à Audierne, dont des artistes peintres. Ce seront les premiers débuts du tourisme à Audierne qui ne cessera de s'intensifier au fil du temps. Jusqu’aux années 1960, Audierne sera (avec Camaret) l’un des deux plus grands ports langoustiers français. A voir à Audierne : l'église St-Raymond des XVIe et XVIIIe siècles, classé aux Monuments historiques. D'autres constructions datant du XIXe siècle offrent également un intérêt... Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

Audierne by drone (Vidéo 1'40)
 

Bénodet

Bénodet est une petite cité balnéaire de 3 600 habitants à l'année, située dans le Finistère sur l'embouchure de l'Odet. Elle fait face au petit port de Sainte-Marine, intégré dans la commune de Combrit-Ste-Marie (4 150 habitants). Un endroit de Bénodet est réputé pour sa beauté, la "mer Blanche". C'est une lagune, formant une petite mer intérieure, située entre Bénodet et Fouesnant. Le port de plaisance de Penfoul-Bénodet est important puisqu'il offre 500 places sur ponton et 250 places sur bouée. Bénodet possède deux plages : les plages du Coq et du Letty, un centre de thalassothérapie. Deux phares éclairent les navigateurs : celui du Coq et celui de la Pyramide.
Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

Bénodet vue du ciel/Benodet Bird's eye view (Vidéo 2,25')
 

Camaret-sur-Mer

Camaret-s/Mer Est une commune de 2 500 habitants se situant sur la pointe de la presqu'île de Crozon. Camaret en breton se dit Kameled : "le port courbe". Camaret se reconnait de suite par deux de ses bâtiments, situés sur le "Sillon": la tour Vauban, et la chapelle Notre-Dame de Rocamadour. A cela il faut ajouter une curiosité propre à Camaret : son cimetière de bateaux de pêche, bien en vue, à côté des deux bâtiments précités. Les paysages de Camaret ont attiré les artistes à la fin du 19e siècle. Eugène Boudin y a séjourné à partir de 1871. De nombreux peintres vinrent à Camaret, dans le sillage de Boudin : Cottet, Maximilien Luce, Henri Rivière, Georges Lacombe… Les artistes se retrouvaient à l’Hôtel de la Marine. Dans la période de l’entre-deux guerres, une nouvelle génération d’artistes s’inspire du port et de ses environs. Les sujets se diversifient : les activités sur le Sillon passionnent Jim Sévellec, Pierre Péron et Mathurin Méheut, tandis que d’autres préfèrent s’installer sur la côte sauvage, à proximité des Tas de Pois. Camaret possède un port de pêche, ainsi qu'un port de plaisance qui prend de plus en plus d'importance. Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

Camaret sur Mer - survol du port par drone (Vidéo 6')
 

Le Conquet

Le Conquet est une commune de 2 730 habitants, située sur la pointe du Finistère, à l'Ouest de Brest, et qui intègre sur son territoire les îles de l'archipel de Molène, dont Béniguet, Quéménès, Trélen, qui lui font face. Plus au large se trouvent les îles de Molène et Ouessant. La commune fait partie du Parc Naturel Marin d'Iroise qui y a son siège administratif. La commune borde un "ria" (partie de vallée envahie par la mer) ou "Chenal du Four" long de 2 km et large de 400m. Deux phares se situent de chaque côté de la commune : celui de Kermorvan au Nord, et de St-Mathieu, au Sud, sur la commune de Plougonvenin. La presqu'île de Kermorvan protège une très belle plage, celle des Blancs Sablons qui, étant exposée au vent, procure un très bon spot aux surfeurs. On compte un peu plus d'une vingtaine de bateaux de pêche sur lesquels on pratique la pêche au filet et au casier. Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

Le conquet by drone (Vidéo 2'40)
 

Le Faou

Le Faou est une commune d'un peu plus 1 730 habitants, située dans le Finistère, à l'Ouest de la presqu'île du Crozon, dans la rade de Brest dont elle fut autrefois un port important. Sur le territoire de la commune se trouve le hameau de Rumengol qui possède une église datant du XVIe siècle, mais presqu'entièrement reconstruite entre 1731 à 1754. Elle est classée aux Monuments historiques. Le Faou a son église paroissiale, l'église St-Sauveur, elle aussi reconstruite entre 1544 et 1680. Elle se remarque de loin par son clocher d'une grande hauteur, datant de 1629. A l'intérieur l'église possède de nombreux éléments de grande qualité, telle une série de statues. La cité est réputée pour ses maisons à pans de bois avec façades et toitures recouvertes d'ardoises, datées du XVIe siècles et classées aux Monuments historiques. Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

Le Faou - découvrez la petite cité de caractère et port d'intérêt patrimonial (Vidéo 3')
 

Guimiliau

Guimiliau est un village de 1 000 habitants situé dans le Finsitère, au sud Est de Landivisiau, dans les terres, au Nord du département. La commune jouxte Lampaul-Guililiau, mais en est distincte. Elle est célèbre pour son magnifique enclos paroissial édifié entre les XVIe et XVIIe siècles. L'enclos paroissial est un ensemble architectural typiquement breton. Situé au centre du bourg, l'enclos paroissial est un domaine considéré comme sacré par les bretons. L'enclos typique est constitué de quatre éléments indissociables : l'entrée monumentale, le calvaire, l'ossuaire et l'église (parfois entourée du cimetière). L'existence des enclos paroissiaux est liée à une histoire : celle de la prospérité économique de la Bretagne aux XVIème et XVIIème siècles. Il regroupe un arc de triomphe (1669) surmonté de 2 cavaliers, un clocher-tour (1530-1550) , un ossuaire du XVIIe siècle , un grand porche (1606-1617) dont les statues expriment des scènes de l'ancien et du nouveau testament, une église (avec baptistère, une tribune des orgues, chaire, retables), sacristie, chapelle funéraire et cimetière. Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

Guimiliau - Finistere (29) (Diaporama/slideshow en français 3'35)
 

Le Guilvinec

Le Guilvinec est un port de pêche de 2 670 habitants, situé dans le sud du Finistère, près de la pointe de Penmarc'h, et au Sud de Pont-l'Abbé. La commune partage avec celle de Treffiagat-Léchiagat le plus important port de pêche artisanale de France, en valeur débarquée par des bateaux français. La pêche y fut d'abord consacrée à la sardine. Dès les années 1830, une entreprise de traitement de sardines et de salaison est créée. En 1863, l'arrivée de la ligne ferrovière Paris-Quimper va permettre d'exporter le produit de la pêche vers la capitale, et d'insuffler un nouvel essor économique. Le port se restruture, avec la mise en place des cales de débarquement et l'installation de nouvelles conserveries de sardines à l'huile. La population depêcheurs, de travailleurs et d'ouvrières va ainsi s'accroître de façon notable. C'est à cet époque que Guilvinec, jusqu'alors petit hameau dépendant de Plomeur, va être créé en commune indépendante en 1880.
En 1982 Le Guilvinec devient le 4ème port de pêche de France toutes catégories après Boulogne, Lorient et Concarneau, et le premier port artisanal de pêche fraîche. Mise à part la langoustine, les proncipaux poissons vendus à la criée sont la baudroie (ou lotte), la raie, le merlan, la seiche et l'églefin. 2000 est l'année de l'ouverture du centre Haliotika au Guilvinec. SOn nom vient de "halieutique" qui concerne la pêche, les ressources de la mer. Cette Cité de la Pêche, située sur les quais du port, est un centre de découverte modene et contemporain sur le thème de la pêche en mer : à l'aide d'expositions, de vidéos de videos, et d'ateliers pour les enfants
L'Abri du Marin du Guilvinec a été fondé en 1900, il est le premier des 15 Abris construits sur le littoral breton par Jacques de Thézac. Après avoir rendu bien des services au niveau social pour la condition et la santé des marins, il a définivement fermé ses portes en 1985. En 1992 il est racheté par la municipalité et rénové pour en faire la médiathèque A Saint Trémeur on peut voir une chapelle avec ses deux stèles gauloises, sa fontaine dont l'eau "guérit les maux de tête" et la carrière d'extraction de pierres destinées à la fabrication des socles de croix. Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

Le Guilvinec : vue aérienne (Vidéo 2'40)
 

Locronan

Locronan est un village du Finistère d'un peu plus de 780 habitants. Du temps de l'Armorique celtique, Locronan fut un important centre de culte druidique, avec un culte voué à la fécondité. La région fut christianisée au Ve siècle par Saint Ronan, ermite venu d'Irlande. Les "Troménies" ou pélerinages sont une des plus grandes processions de Bretagne. Le village a conservé une place centrale dont les 14 maisons, de style Renaissance, en granite, étaient celles des marchands de toile, et de notables. La place est pavée, ornée d'un puits, la vaste église Saint-Ronan, des maisons Renaissance en granite. C'est sur cette même place que donne l'église Saint-Ronan, édifiée grâce aux donations des Ducs de Bretagne. De style gothique flamboyant, elle a été construite de 1424 à 1480. elle est classée aux Monuments historiques.
La parfaite conservation de son patrimoine architectural ancien, a permis au village d'être membre du réseau des "Petites Cités de Caractère", et d'obtenir le label "Plus Beaux villages de France".
Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

Vidéo aérienne du village de Locronan filmé par un drone (Vidéo ')
 

Pont-Aven

Pont-Aven est une commune de 2 800 habitants, située dans le sud de la Bretagne, dans le Finistère. Elle se trouve à environ 5 km de la mer, au fond d'un "ria" formé par l'estuaire du petit fleuve "Aven". Un adage dit «Pont-Aven, ville de renom, 14 moulins et 15 maisons». Ainsi, avant les peintres et les galettes, ce sont les moulins qui ont fait la réputation de la cité. C'est au XIXe siècle que des artistes sont venus, attirés par la lumière et les paysages de la cité. Et les premiers furent américains. En 1864 Henry Bacon aurait découvert par hasard le village de Pont-Aven. De retour à Paris, il en parle à d'autres artistes américains, tel Robert Wylie (1839-1877), qui seraient à leur tour venus peindre en Bretagne. Suivirent plus tard des grands nom de la peinture française : Camille Corot, Paul Gauguin, Claude Monet, Paul Sérusier, Émile Bernard. Ainsi Pont-Aven est devenue la « cité des peintres », internationalement connue grâce en grande partie aux séjours répétés de Paul Gauguin, entre 1886 et 1894, considéré comme le maître de l’école de Pont-Aven. Les artistes reçurent un accueil chaleureux des logeuses. Comme à l’Hôtel des Voyageurs de Madame Feurtray (le premier qui abrita les artistes américains réunis par Wylie). L'accueil fait aux artistes par les habitants est une autre explication de l'attrait qu'exerça Pont-Aven sur les artistes. Les Américains furent rejoints par des artistes d’Europe du Nord : les Irlandais, Hollandais, Danois, etc. Entre 1865 et 1885, on dénombra près d’une cinquantaine d’artistes, chaque année, puis une centaine par la suite. En raison de la guerre de 1870 et de la Commune, Pont-Aven devint pour beaucoup d’artistes une résidence permanente. Ainsi le peintre Wylie est enterré à Pont-Aven. Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

Le village de Pont-Aven filmé par un drone (video 1'50 )


De Pont-Aven à Concarneau (Vidéo 7')
 
Avertissement
Les peintures présentées sont la propriété de leurs ayant-droits. Il est nécessaire d'obtenir leur autorisation pour toute utilisation commerciale. D'autre part, une reproduction, ne rend jamais parfaitement la qualité et la réalité d'un tableau. Les présentations qui vous sont faites ici ont aussi pour but de vous donner l'envie d'aller les voir dans les musées, ou les galeries d'art.
Warning! These paintings are under copyright for commercial use.

Goémoniers au repos, St-Guénolé par Mathurin Méheut (1882-1958)
 

Riec-sur-Bellon

Riec-sur-Belon se situe au sud du Finistère, entre Concarneau à l'Ouest et Quimper à l'Est, entre les rivières de l’Aven et du Bélon, Riec est la capitale de la célèbre huître plate "Belon". Les huitres sont élevées dans les eaux de la mer bretonne, puis, au bout de 3 ans, les huîtres plates rejoignent les élevages ostréicoles qui longent les rives du Bélon, sur 4 km. Là elles achèvent leur maturité en profitant de ce mélange original d’eau salée et d’eau douce mixé 2 fois par jour par les marées. C’est ce processus qui leur donne ce goût si particulier de noisette. Depuis Riec-sur-Bélon, routes et sentiers permettent de découvrir de petits ports, dont ceux de Belon et Rosbras, célébrés par les artistes peintres. Rosbras offre ses quais colorés, face à la cale de Kerdruc. . Au lieu dit Penlan, on trouve une stèle gauloise de 1,30 m de hauteur à la base octogonale inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Au lieu dit Loyan, se trouve un dolmen formé de 4 piliers et une table de 2 m de diamètre inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Au lieu dit Kerfary, se trouve un menhir renversé de 6 m de hauteur, un des plus hauts de la région. Sur la route de Quimperlé à environ 2 km du bourg, on peut voir un monadnock dit "le chapeau breton", calotte de 80 cm de hauteur et 1,95 m de diamètre. La pierre servait d’étape sur la route et aurait des vertus médicales. A Kerantiec, se situe une allée couverte arc-boutée, avec une chambre de 9,5 m, inscrite à l’inventaire des monuments historiques, un des plus beaux exemplaires existants à ce jour en Finistère...
Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

Le sud Finistère vu du ciel : entre l'Aven et le Belon (Vidéo 1')
 

Roscoff

Roscoff est une commuune de 3 500 habitants située sur la côte Nord du Finistère, sur la pointe du promontoire qui ferme la baie de Morlaix, en face de l'île de Batz. Elle fut, au moyen-âge, un avant-port de St-Pol de Léon. Roscoff offre au regard des maisons d’armateurs richement décorées, une église de type gothique flamboyant. La cité est à la fois un port et une station balnéaire. Elle fut autrefois un important port de commerce de la toile, du sel et du bois. Au XIXe siècle s'établit la coutume d'aller vendre les oignons roses, produits dans les environs de Roscoff, en Angleterre. Il fallut attendre le début du XXe siècle pour que Roscoff ait son phare : une tour carrée pyramidale de 24 mètres de haut qui ne fut mise en service qu'en 1934. En 1899 s’ouvre à Roscoff le premier centre de thalassothérapie de France, afin d'y soigner les rhumatismes. Depuis, l'offre de soins s'est élargie et le centre connaît toujous un vif succès. Entre 1970 et 1972, un port en eau profonde fut aménagé (Roscoff-Bloscon), permettant l'installation de lignes de ferries, vers l'Angleterre, l'Irlande et même l'Espagne (Plymouth, Cork, Rosslare et Bilbao). Une station biologique de renommée internationale est installée à Roskoff. Cette Station Biologique est un centre de recherche et d’enseignement en biologie et écologie marines dépendant du Cnrs et de Sorbonne... Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

Survol de Roscoff (Vidéo 4'10)
 

Les îles

Ile de Batz

L'île de Batz est une petite commune insulaire de 500 habitants, faisant face à Roscoff dont elle se situe à un quart d'heure de traversée en bateau.
L’île est de dimension modeste : longue de 3,5 kilomètres d’Est en Ouest, sur 1,5 km de large, et représente une surface de 320 hectares. Son altitude ne dépasse pas 40 mètres. Batz possède une école, un collège, et tous les services nécessaires… La vie des habitants s’articule autour de trois secteurs d’activités : l’agriculture, la pêche, les services, avec plusieurs commerces et quelques artisans. L’île profite du tourisme, mais sans perdre son identité. L’agriculture et la pêche sont deux secteurs qui ont su allier tradition et modernité. L’emploi du goémon dans les champs permet toujours deux récoltes par an... Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

L'île de Batz en Finistère (Vidéo en français 2')
 

Ouessant

Ouessant est une île de 830 habitants à l'année. Elle a une surface de 15,5 km2. L'île culmine à 60 mètres, est longue de 7 à 8 km, et mesure 4 km au plus large. Elle possède 40 kilomètres d'une côte rocheuse et sauvage. C'est la terre la plus à l'Ouest de la France métropolitaine. Elle se situe au cœur de la mer d’Iroise et dans le Parc Naturel Régional d’Armorique, et fait également partie du parc naturel marin d'Iroise. Sur l'île on peut voir de petites pyramides blanches ou "amers", outil servant à la navigation maritime. Il en existe plusieurs sur l'île d'Ouessant. Au large de l'île se trouve ce que l'on appelle le "rail d'Ouessant" qui est le dispositif de séparation du trafic maritime au large de l'île d'Ouessant. Il s'agit d'un des passages maritimes les plus fréquentés au monde. Il est surveillé par la tour radar du Stiff, haute de 72 mètres. Ouessant est l’île qui compte le plus de phares, avec le Stiff, la Jument, Nividic, Kéréon et le phare du Créac’h. La baie du Stiff, située à l’est de l’île, a été choisie pour installer un port qui permettait un accès plus rapide au continent. Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

Ouessant, l'île sentinelle (Vidéo français/english 9')
 

Molène

Molène est une île comptant 130 habitants à l'année... Elle est située en mer d’Iroise, faisant face au Conquet (situé à 14km) et à la pointe St-Mathieu. Elle est constituée d'une île principale et de ses deux Ledenez, ainsi qu'un peu moins d'une vingtaine d'îlots. Le terme Ledenez, (Lédénès en français) désigne un îlot rattaché à une île principale. L’île de Molène est rattachée par un tombolo (formation sédimentaire naturelle constituée d’agglomération de sable et de galets) découvrant à marée basse le Ledenez Vraz (grand Lédénès), lui-même rattaché au Ledenez Vihan (petit Lédénès). Extension naturelle de Molène, le Ledenez est un îlot de 11 ha. Des refuges se situent sur ce dernier. L'île mesure 1,2km sur 0,8km, et culmine à 28m au-dessus de la mer. Elle se situe au cœur de la mer d’Iroise et dans le Parc Naturel Régional d’Armorique, et fait également partie du parc naturel marin d'Iroise. L'île possède un village, doté d'un port situé à l'Est de l'île, protégé par Ledenez Vraz... Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

L'Archipel de Molène - La perle des îles de la mer d'Iroise (Vidéo 2'40)
 

Ile de Sein

L'île de Sein compte 195 habitants à l'année. Elle mesure 1,8 km de long, 500 mètres de large, soit 58 hectares. L'île se situe à 7,2 km à l'Oest de la pointe du Raz. L'île-de-Sein est incluse dans Parc Naturel Régional d’Armorique, et fait également partie du Parc Naturel Marin d'Iroise. Elle fait partie de la "Chaussée de Sein" qui est le prolongement en mer, sur environ 25 kilomètres, des formations granitiques de la pointe du Raz. Ce sont des ilôts pour beaucoup immergés, dont l'île de sein représente le point le plus élevé, émergeant à 36 mètres au-dessus du niveau de la mer. On peut imaginer la dangerosité du lieu, et de nombreuses épaves jonchent les fonds marins... Voir notre page dédiée/have a look over our dedicated page

L’île de Sein en vues aériennes (Vidéo 2'15)
 
Ce site vous a plu ? Alors vous aimerez peut-être ceux-ci
Did you like this website? Then maybe you'll like these

oo

--   --