Le Palais Royal
Royal Palace Paris, garden of Royal Palace Paris



Recherche personnalisée

Arrondissements de Paris/districts of Paris

Le Palais Royal

Sites

Comédie Française Histoire et patrimoine de la Comédie Française.
Conseil d'Etat Histoire et patrimoine
Cosmovisions Le Palais Royal
Monument Paris Palais Royal garden
Paris Best lodge Palais-Royal
Paris 1900 Le Quartier Palais Royal - Louvre
 



Les bâtiments du Palais Royal : l'extérieur


C'est dans le but de posséder un palais situé près du Louvre, et donc du roi de France, que le cardinal de Richelieu acheta en 1624 l'hôtel de Rambouillet t demanda à son architecte, Jacques Lemercier, de lui construire un logis royal . Pour l'élever, on choisit un emplacement près du mur d'enceinte de Paris, vers la rue Saint-Honoré. Commencée en 1629, la constructions ne fut achevées qu'en 1636. Ce fut à cette époque seulement qu'on leur donna le nom de Palais-Cardinal. Collectionneur d’œuvres d’art, le cardinal fit installer deux galeries de peinture, l’une dans l’aile sud-ouest dite “Petite Galerie”, et l’autre dans l’aile nord-ouest dite “Galerie des hommes illustres”. De cette dernière subsistent encore aujourd’hui quelques tableaux de Philippe de Champaigne et de Simon Vouet. Richelieu légua son palais au futur roi. Ainsi, Anne d’Autriche, régente, et le jeune Louis XIV résidèrent dans l’aile nord-est, à partir de 1643. Louis XIV ne quitte le Palais-Royal pour le Louvre qu’en 1661. En 1692, Louis XIV, offrit le Palais Cardinal à son frère, Philippe d'Orléans. Ce dernier le légua à son fils Louis-Philippe d'Orléans en 1780. En 1781, le théâtre du Palais Royal fut détruit par un incendie. Louis-Philippe d’Orléans (plus connu, par la suite, sous le nom de Philippe Égalité), profita de l'occasion pour entreprendre un grand projet de spéculation immobilière consistant à lotir le pourtour du jardin du Palais-Royal. Ce lotissement amputait le jardin de près de 60 mètres sur sa longueur et de 40 mètres sur sa largeur. Des arbres centenaires furent coupés, malgré les suppliques du voisinage et des personnes fréquentant les jardins et arcades. En 1786, les arcades de pierre furent achevées, sur 3 côtés. Le 4e côté fut concédé à un entrepreneur qui y fit construire 3 rangées de boutiques faites de planches, soit quatre-vingt-huit boutiques hébergeant marchandes de modes, perruquiers, cafés-limonadiers, marchands d’estampes, cabinets de lecture, libraires... Elles attirèrent la foule et firent la réputation des lieux. Il faut bien imaginer que, dans ce Paris qui a peu changé depuis le moyen-âge, les bouitiques du Palais Royal offrent un cadre unique pour nobles et bourgeois.C'es boutiques furent détruites 40 ans plus tard, mais furent remplacées par les actuelles boutiques en pierre. Le Palais Royal resta, jusqu’en 1848, la résidence des ducs d’Orléans. - Paris pittoresque <> Wikipedia
Retour  
Bâtiment du Conseil d'Etat

Bâtiments du Conseil d'Etat

Le Palais Royal en 1750 par Rigaud

Le Palais Royal juste avant la Révolution

Le Palais Royal en 1791 par Louis Nicolas Lespinasse (1734-1808) - Musée du Louvre ©

L'entrée du Palais Royal au milieu du XIXe siècle ©

La place du Palais Royal et le Conseil d'Etat à la fin du XIXe siècle ©
Retour  

Avertissement
Les peintures présentées sont la propriété de leurs ayant-droits. Il est nécessaire d'obtenir leur autorisation pour toute utilisation commerciale. Nous demandons leur autorisation aux peintres contemporains pour les reproduire ici. D'autre part, une reproduction, ne rend jamais parfaitement la qualité et la réalité d'un tableau. Les présentations qui vous sont faites ici ont aussi pour but de vous donner l'envie d'aller les voir dans les galeries d'art, les musées l'atelier des peintres et/ou leur site Internet !

Palais Palais Royal hivernal par Claude Schurr ©
Retour  

Les bâtiments du Palais Royal : l'intérieur

Conseil Constitutionnel
Son grand salon du Conseil a été incendié en 1848. Sa décoration sera revue en 1859 par la princesse Marie-Clotilde de Savoie, épouse du prince Jérôme Bonaparte. L'ancien salon de travail de la princesse Marie-Clotilde de Savoie, est à présent la salle des séances du Conseil Constitutionnel, et son ancienne chambre à coucher est à présent le bureau du Président du Conseil Constitutionnel. Dans l'antichambre de ce bureau, on peut apprécier des fauteuils et un canapé dit "Plaisir de plage", de Charles Dufresne (1930) et recouvert de tapisseries de Beauvais. Le grand escalier d'Honneur date de 1830

Grand escalier d'Honneur (1830)
Salle des Séances

Grand salon, décoration de 1859
Bureau du Président, ancienne chambre à coucher de la princesse Marie-Clotilde de Savoie.
Retour  

Ministère de la Culture
On peut apprécier, dans l'antichambre du ministère de la Culture un décor peint en 1985 par l'artiste Pierre Alechinsky. C'est d'après des modèles réalisés par Le Corbusier, en 1925, qu'ont été fabriqués les fauteuils et canapés qui se trouvent dans la pièce. Le salon Jérôme est l'ancienne chambre de parade du duc et de la duchesse d'Orléans. On y remarque l'alternance de motifs napoléoniens (Le monogramme de Napoléon Jérôme Bonaparte - NJB ) et de l'aigle royal. Le bureau du ministre de la Culture et celui de son directeur de cabinet sont attribués à Fontaine, avec le réemploi de nombreux éléments d'époque Louis XVI. Le grand salon de réception de l'appartement de Marie-Amélie, épouse de Louis-Philippe, est l'ancienne salle de scéances plénières de la Cour de Cassation. Elle fut divisée en bureaux en 1959, et restaurée en 1989, pour lui redonner son faste du temps de Louis-Philippe (travaux réalisés d'après une gravure de Fontaine).

Salon Jerôme
Détail du plafond du salon Jérôme

Bureau du Ministre
Grand salon de réception

Décoration du salon conçue en 1985 par Pierre Aléchinsky et se trouvant à côté du bureau du Minisre de la Culture

Un des grands salons du Minisre de la Culture, avec le portrait de Jérôme Bonaparte, dans ses habits de "roi de Westphalie" qui vécut dans ce lieun après son retour à Paris.
Retour  


Conseil d'Etat
L'ancienne salle à manger de la duchesse d'Orléans, datant de 1765, est à présent la salle du Tribunal des Conflits. On peut y remarquer des médaillons en camaïeu représentent les quatre saisons, et attribués à Demachy.
Dans la salle René Cassin, on peut voir un grand tableau représentant "l'Installation du Conseil d'Etat au palais du Luxembourg". C'est une oeuvre d'Auguste Couder.
Un escalier monumental, surmonté par une coupole, dit Grand escalier d'Honneur, réalisé par Constant d'Ivry à partir de 1765, menait aux appartements de la duchesse d'Orléans.
La salle du Contentieux se trouve sur l'emplacement de l'ancienne salle de spectacles construite en 1640 par Lemercier, à la demande de Richelieu. Elle fut détruite par deux incendies, en 1763 et 1781.
Le bureau du Vice-Président du Conseil d'Etat est l'ancien salon des aides de Camp du duc d'orléans. On y trouve un tapis provenant de la salle du Trône des Tuileries. Ce tapis, d'époque Empire, a été exécuté à la Savonnerie, sur les dessins de Percier.
L'ancienne galerie des batailles, qui était une salle de réception de l'époque de Louis-Philippe est affectées à la Section sociale et à la Section des travaux publics.
Les salles aujourd'hui affectées à la Section sociale et à la Section des travaux publics occupent l'emplacement de l'ancienne galerie des batailles, salle de réception de l'époque de Louis-Philippe.
L'ancienne salle du trône de Louis-Philippe, transformée du temps du prince Jérôme Bonaparte, en "Salon de la Fontaine" est à présent la salle de la Section de l'Intérieur. Une chapelle, aménagée sous Louis-Philippe, transformée en salon sous le Second Empire, deviendra, sous l'égide de l'architecte Prosper Chabrol, la salle de l'Assemblée générale en 1875.
L'ancienne salle de bal créée en l'An VIII sur l'ordre de Napoléon, est devenue la bibliothèque du Conseil d'Etat. La bibliothèque, qui contient contient environ 60.000 volumes, a été incendiée par les insurgés de la Commune, et reconstituée grâce à des dons et legs de particuliers. Sous le Second Empire, Prosper Chabrol édifie une chapelle de style n'ogothique pour le prince Napoléon et la princesse Marie-Clotilde de Savoie. La chapelle est toujours visible en l'état.

La salle Napoléon, aménagée par Klagmann et Chabrol, située dans l'aile Montpensier, est l'ancien "salon des colonies" de l'époque où Jérôme Bonaparte était ministre des Colonies (1858-1859). Histoire et rôle du Conseil d'Etat (Vidéo, en français 10')


Bâtiment du Conseil d'Etat

Tableau accroché dans la salle André Cassin. Huile d' Auguste Couder (1790-1873) Le Premier consul, entouré de Cambacérès à sa droite et Lebrun à sa gauche, reçoit le serment des présidents de section du Conseil d'Etat

Grand escalier du Conseil d'Etat dans l'aile Montpensier

Grand escalier d'Honneur (1765)
La Chapelle

Salle du contentieux

Salle du Tribunal des conflits

Dans la bibliothèque du Conseil d'Etat, on a gardé des structures métalliques datant du XIXe siècle.

Une salle de réunion du Conseil d'Etat
Retour  

Vidéos

Si vous ne voyez pas la vidéo, faites un click ICI - HERE you click if you don't see the video
Le Palais Royal (Vidéo en français 2'45)

Si vous ne voyez pas la vidéo, faites un click ICI - HERE you click if you don't see the video
Le Palais Royal (Diaporama en français 2')


Si vous ne voyez pas la vidéo, faites un click ICI - HERE you click if you don't see the video
Au Palais Royal (Vidéo français/ russe 2')

Si vous ne voyez pas la vidéo, faites un click ICI - HERE you click if you don't see the video
Le Palais Royal (Vidéo 2')

Si vous ne voyez pas la vidéo, faites un click ICI - HERE you click if you don't see the video
La Comédie française et le Palais Royal (Vidéo en espagnol 4'40)

Si vous ne voyez pas la vidéo, faites un click ICI - HERE you click if you don't see the video
Palais Royal et jardin (Vidéo 5'20)

Si vous ne voyez pas la vidéo, faites un click ICI - HERE you click if you don't see the video
The Palais Royal (Vidéo 1')

Si vous ne voyez pas la vidéo, faites un click ICI - HERE you click if you don't see the video
Tudo sobre o Palais Royal (Diaporama en portuguais 3')
Retour  

Pour vous : de nombreux liens en profondeur, pour faciliter votre navigation sur Internet !