Mantes-la-Jolie
-vue par Corot et Daubigny

chinese
espanol
chinese
russian
japanese
portigaise
deutsch
Hindi
corean



Recherche personnalisée

 

Avertissement
Les peintures présentées sont la propriété de leurs ayant-droits. Il est nécessaire d'obtenir leur autorisation pour toute utilisation commerciale. D'autre part, une reproduction, ne rend jamais parfaitement la qualité et la réalité d'un tableau. Les présentations qui vous sont faites ici ont aussi pour but de vous donner l'envie d'aller les voir dans les musées !

Afficher Impressionnist valley - Vallée des Impressionnistes sur une carte plus grande

Voir aussi : la "vallée des Impressionnistes"

Les départements d'Ile-de-France


Autres lieux des Yvelines

Vidéos

La situation de la ville (bord de Seine, à la frontière entre l'Île-de-France et la Normandie), explique l'expansion qu'elle prit au cours du moyen-âge. Elle fut un centre commercial important,ainsi qu'une place forte stratégique. Mantes devient l'une des plus importantes communes de France, grâce à une charte du roi Louis VI dit "le Gros" (1110) qui lui accorde de nombreux privilèges. Le château de mantes est alors une des résidences privilégiées des rois et de leur entourage. Ainsi, depuis le XIIIe siècle, les marchands disposent du monopole du transport fluvial autour de Mantes. La richesse de la ville explique la magnificence de sa collégiale bâtie à partir du XIIe siècle. Aprés la guerre de 100 ans, Mantes perd sonrôle de place forte à la frontière, et périclite petit à petit.
En 1843, la première ligne de chemin de fer convoyant des voyageurs, et reliant Paris à Rouen, passe par Mantes-la-Jolie, ce qui va accélérer son développement industriel. Desservie par le train, Mantes-la-Jolie profitera également de l'essor touristique des bords de Seine, à la fin du XIXe et au début du XXe siècles. Elle attira également les peintres, dont le plus renommé fut Corot. On dit que le peintre anglais Turner peignit la collégiale, mais nous n'avons pas pu en retrouver trace. Corot et Turner influencèrent les Impressionnistes. Mantes a donc sa place dans la "vallée des Impressionnistes". Fortement endommagée par les bombardements alliés d'août 1944, la vieille ville garde toutefois quelques monuments ou bâtiments remarquables.


Liens sur Mantes-la-Jolie


Mantes en 1650 : îles sur la Seine, le vieux Pont, les murailles entourant la ville, la cathédrale Notre-Dame

La collégiale Notre-Dame, de style gothique des XIIe (1170) et XIIIe siècles, classée aux Monument Historiques

La collégiale a une élévation sur trois niveaux, qui faitpenser à la cathédrale Notre-Dame de Paris. Sa disposition (orientation ouest, trois grands portails, rosace) rappelle cele de la cathédrale de Laon. La toiture en tuiles vernissées a été entièrement refaite entre 2001 et 2002.

L'élévation sur trois niveaux fait culminer la voûte à près de 30 mètres de hauteur.

On pense que ce vitrail a été réalisé pour une chapelle funéraire royale à l'instigation de Charles II de Navarren dit "le Mauvais" roi de Navarre de 1349 à 1387 et comte d'Évreux de 1343 à 1378. Les 6 personnages représentés font partie de la lignée royale de Navarre


Les peintres de Mantes-la-Jolie

mantes, collégiale Jean-Auguste Gagnery
Mantes la collégiale et le pont Perronet - Jean-Auguste Gagnery 1835

La Seine à Mantes - Charles-François Daubigny 1856 - Brooklyn Museum ©

Mantes et la colagiale - Jean-Baptiste Corot - Musée des Beaux arts Reims ©

Le pont de Mantes - Jean-Baptiste Corot 1868-70 - Musée du Louvre ©

Mantes le soir - Jean-Baptiste Corot 1868-70 - Musée des Beaux arts Reims ©

Souvenir du pont de Mantes - Jean-Baptiste Corot ©

Pour vous : de nombreux liens en profondeur, pour faciliter votre navigation sur Internet !