Toulouse et la Garonne
Guide de la Garonne à Toulouse - The river Garonne in Toulouse
 
 
chinese
espanol
arabic
russian
japanese
portigaise
deutsch
Hindi
corean
 
 
 
 
Recherche personnalisée
 
 

Voir aussi sur Toulouse/Also to see about Toulouse
Aviation
 
 
 
 
Pour se protéger des eaux de la Garonne la ville romaine et le centre ancien se sont installés sur une terrasse insubmerssible de la rive droite. La rive gauche, quant à elle était régulièrement inondée. C'est dans cette zone inondable que s'est produite l'extension des quartiers populaires de la cité médiévale et des hôpitaux, comme à St Cyprien. Les îles ont elles aussi été un lieu d'expension de l'habitat populaire, et le lieu d'établissement d'un artisanat polluant, telles les tanneries sur l'île de Tounis. Entre 1220 et la fin du XIXe siècle, on a pu dénombrer une cinquantaine d'inondations dévastatrices. Au XVIIIe siècle, des digues furent construites, pour protéger la rive droite. C'est donc la rive gauche qui fut le théâtre d'une crue meurtrière au mois de juin 1875, due à de spluies torrentielles et à la fonte accélérée de la neige ds pyrénées. Le record de la montée des eaux datait de 1772 et atteignait 8 m 50. Le 23 juin 1875, les eaux de la Garonne atteignent 9 m 47, et la rive gauche de Toulouse est détruite. Les ponts d’Empalot, puis Saint-Pierre, furent emportéés. Seul résista le Pont Neuf. Les dégâts les plus importants se produisirent dans le quartier populaire de Saint-Cyprien. Le bilan de l'époque fit état de 208 morts et de 1 219 maisons détruites à Toulouse. La Garonne n'a pas représenté qu'un danger, mais aussi une grande opportunité d'une part pour le transport des marchandises et matières premières : marbre et bois venant des Pyrénées, l'huile et le vin venant de la Méditerranée et de l’Atlantique. Toulouse a ainsi eu plusieurs ports : celui de St-Pierre, de la Daurade, St-Cyprien, les quais de transbordement du centre ville, sur la rive droite. En plus d'avoir apporté ses alluvions et fertilisé la région, le Rhône a également été une source d'énergie motrice : nombre de moulins se sont installés. Les premiers ont été les moulins flottants, ou moulins à nefs. Au moyen âge, l'industrie minotière, avec ses moulins du Château et du Bazacle étaient considérés comme étant le plus important complèxe minotier d'Europe. Le quartier des Amidonniers avait quant à lui de nombreuses implantations industrielles utilisant les eaux du canal de sortie du moulin du Bazacle. Au XIXe siècle ces industries céderont la place à des installations hydrauélectriques. Toulouse Inondation - Vidéos : Toulouse au fil de la Garonne (7') <> Endiguer les crues de la Garonne (2')
 

 
 
 
 

Photos

 
 
La Garonne et le Bazacle à Toulouse
La Garonne et le Bazacle, avec sa station hydro-électrique - Vue panoramique du Bazacle la nuit
 
 
 
Toulouse, lithographie 19e
Toulouse, lithographie XIXe siècle

Vue de Toulouse, la Garonne, le Pont Neuf, par Hubert Clerget
Vue de Toulouse, la Garonne, le Pont Neuf, lithographie d'Hubert Clerget - 1881 ©

Crue de la Garonne à Toulouse en 1875
Crue de la Garonne, à Toulouse, en 1875
 
 
Inondations à Toulouse en 1875
Inondations à Toulouse en 1875 - Image d'Epinal

Lavandières sur les  quais de   la Garonne à  Toulouse , au début du 20e siècle
Lavandières sur les quais de la Garonne, à Toulouse, au début du XXe siècle

Quais de la Garonne et Pont Neuf à Toulouse
Quais de la Garonne et Pont Neuf, à Toulouse, au XIXe siècle
 
 
 
vue de Toulouse et le pont de Pierre
Vue de Toulouse : le pont de Pierre

vue de la  digue à Toulouse
Vue de la digue élevée sur les bords de la Garonne

détente  au bord de la Garonne à Toulouse
Détente au bord de la Garonne, à Toulouse, un jour de printemps
 

 
 

Peintures

 
 
Le pont de Tounis sur la garonnette et les moulins du chateau narbonnais - peinture
Au premier plan, le pont de Tounis en construction sur la garonnette. A droite l'île de Tounis, à l'arrière plan les moulins du château Narbonnais, et à gauche l'hôtel de Comminges et le château Narbonnais.

Le gué de Bazacle, sur la Garonne, à Toulouse,  litho 1642
Le gué de Bazacle, sur la Garonne (plan Collignon de 1642). Bazacle viendrait du latin "vadaculum", qui signifie petit gué, ou du latin vadum, qui signifie haut-fond. Le Gué du Bazacle

Lavandières au bord de la Garonnette et moulins du château narbonnais
Lavandières au bord de la Garonnette et moulins du Château Narbonnais vers 1830 - Musée du Vieux Toulouse ©

"Les rêveurs" ou "les promeneurs" par Henri Martin, dans la sallle Henri Martin du Capitole. A droite on peut voit Jaures avec le canotier et les mains derrière le dos. La scène se déroule sur la rive gauche de la Garonne, non encore endiguée. Sur la rive droite, à gauche, on aperçoit la basilique Notre-Dame La Daurade. De gauche à droite, sont représentés Gilbert Martin, fils ainé du peintre, et son frère René Martin, Bellery-Desfontaines, peintre décorteur, Jean-Paul Laurens, William Viénot, de la Bibliothèque Nationale, Henri Marre, peintre, Madame et Monsieur Henri Martin, un inconnu, le peintre vénézuélien Emilio Boggio et Jean-Jaurès, les bras dans le dos ©

Nocturne Toulouse par Christophe Giral
Nocturne Toulouse par Christophe Giral ©

Crépuscule sur la Garonne par Christophe Giral
Crépuscule sur la Garonne par Christophe Giral ©

Berges de la Garonne à Toulouse par Célestin Messaggio
Berges de la Garonne à Toulouse par Célestin Messaggio ©
 
 
Bateaux sur  la Garonne à Toulouse par Célestin Messaggio
Bateaux sur la Garonne à Toulouse par Célestin Messaggio ©
 
 
 
Ces sites vous intéresseront, jetez y un coup d'oeil
Have a look on that websites, you'll find interest