Hyères


arabic
russian
deutsch



Recherche personnalisée


Voir aussi sur le département


Afficher Hyères sur une carte plus grande


Autres lieux de Hyères

Sur cette page
 

Population : 54 686 habitants (2009), altitude allant du niveau de la mer à 364 mètres. L'occupation des environs par des marins grecs de Massilia, remonte au VIe siècle avant J.C. Ils fondèrent un comptoir fortifié dans le golfe de Giens, appelé Olbia, qui est la seule ville d'origine grecque conservée en France dans son intégralité et ouverte au public. On trouve un certain nombre de vestiges et de monuments situés à Hyères, mais aussi dans la presqu'île de Giens et dans les îles de Porquerolles, Port-Cros, et l'île du Levant qui sont rattachées à la commune d'Hyères. Cela donne 114 km de côtes, et un choix entre petites criques et grands plages de sable fin. Le port de plaisance est l'un des plus actifs de la côte varoise. Le monument le plus ancien d'Hyères est la pierre à Cupules, qui aurait été gravée entre 500 et 600 ans avant J.C., par les Grecs. Au niveau des monuments, les plus anciens datent de la reprise des terres d'Hyères par le comte de Provence, Charles d'Anjou, au milieu du XIIIe siècle. On peut ainsi toujours voir les portes de la ville ancienne, l'église romane d'une ancienne abbaye, l'église St-Louis, et le château qui commença à tomber en ruines au début du XVIIe siècle. Protégée, au fond de son golfe, par ses îles, Hyères fut un port de première importance, avant qu'il ne cède sa place à Toulon. La peste noire de de 1347 ravagea cette ville forissante, comme bien d'autres, et celle de 1720 acheva de ruiner sa population et son économie. La fin du XIXe siècle vit le début du tourisme de la part des élites, comme sur toutes les côtes du Var et des Alpes Maritimes. Au début du XXe siècle y fut construite la première villa de style moderne, la villa de Noailles. En dehors du tourisme, l'activité principale de Hyères, et de ses environs, est la culture et la commercialisation des fleurs. Dotée d'un grand marché aux fleurs, la Sica, Hyères est considérée, depuis les années 1980, comme étant le plus important centre horticole du Sud-Est. Ce marché représente 70 % de la production nationale de fleurs coupées. Cultivées généralement sous serre, les fleurs présentent une grande variété : anémones, arums, chrysanthèmes, œillets, gerberas, glaïeuls, iris, roses, strélizias, et tulipes, vendues dans toute l'Europe. Il était donc attendu que Hyères soit une ville fleurie, et se trouve récompensée de 4 fleurs au palmarès des villes et villages fleuris ! Hyères et ses environs possèdent des vignobles qui vont partie de l'AOC Côtes de Provence. Ville d'Hyères - Office du Tourissme - Photos - Wikipedia

Photos

La ville

Les palmiers à Hyères, carte  1900
Les palmiers à Hyères, avenue de Belgique (Carte postale 1900)

Hyères  vue depuis le castel Sainte-Claire
Hyères vue depuis le "Castel Sainte-Claire"

Le castel Sainte-Claire à Hyères
Le Castel Sainte-Claire - Photo SiefkinDR ©
Ce castel est une villa située sur les hauteurs de Hyères. A cet emplacement se succédèrent un château, démentelé sous Richelieu, puis un monastère de religieuses, démantelé sous la Révolution. Bâtie après 1849, dans un style néo-roman, la villa fut la résidence d'Olivier Voutier, un officier français qui ramena la Vénus de Milo en France, en 1820 (sa tombe se trouve dans le jardin). La villa fut ensuite la résidence d'Edith Wharton (1927), un écrivain américain. Elle fut par la suite rachetée par la ville d'Hyères en 1955, et son jardin, ouvert au public. Depuis 1990, la villa abrite les bureaux du Parc National de Port-Cros et de la réserve botanique de Porquerolles.

Jardin du Castel Sainte-Claire à Hyères
Le jardin du Castel Sainte-Claire - Photo SiefkinDR ©
C'est Edith Wharton qui conçut ce jardin en terrasses, inscrit parmi les "Jardins Remarquables". Il présente, sur 6500 m2, des plantes grasses, un jardin des sauges, un espace dédié aux strelizia augusta et philodendrons... On y trouve des murs vestiges de l'ancien château, datant du XIIe siècle, et du couvent, détruit lors de la Révolution.

Vue de Hyères depuis la villa de Noailles
Vue de Hyères depuis la villa de Noailles
 
Vue de Hyères depuis la villa de Noailles
Vue de Hyères depuis la villa de Noailles

Vue de Hyères depuis la villa de Noailles
Vue de Hyères depuis la villa de Noailles

Vue du centre ville de Hyères
Vue panoramique du centre ville de Hyères - Photo par Bichot from Paris ©

Port de Hyères avec vue sur les îles d'Or
Le port de Hyères, avec vue sur les îles d'Or

Le port de Hyères
Le port de Hyères
 
Porte de Barci à Hyères Porte de Fenouillet  à Hyères
Porte de Barci et Porte de Fenouillet, à Hyères Photo par Aymeric Pathier ©

Porte de la Rade  à Hyères Porte du Baruc  à Hyères
Porte de la Rade et Porte du Baruc - Photo par Pierreangy ©
00000000

église Saint-Louis hyères
L'église St-Louis d'Hyères - Photo par Aymeric Pathier ©

Chapelle Sainte-Blaise ou  "tour des Templiers"  à Hyères
La chapelle Sainte-Blaise ou "Tour des Templiers" à Hyères, vestige de la Commanderie créée par les Templiers au XIIe siècle. Fut Hôtel de ville jsuqu'en 1913. C'est de nos jours un lieu d'exposition - Photo par Baptiste Rossi

ruines   château d'Hyères
Ruines du château d'Hyères - Photos par Denis Biette ©
 

Villa de Noailles

A l'origine, la villa a été construite pour Marie-Laure et Charles de Noailles par l’architecte Robert Mallet-Stevens, sur les hauteurs de Hyères. Elle fut habitée à partir de janvier 1925. Ce qui fait la spécificité de cette villa, c'est qu'elle a été l'une des toutes premières construction de style moderne en France, suivant les préceptes fondateurs du mouvement rationaliste : fonctionnalité, épuration des éléments décoratifs, toits, terrasses, lumière, hygiène... Des extensions vont être ajoutées jusqu’en 1933 et le site mis en valeur par la construction de parvis, patios, et surtout d magnifiques jardins jardinsn qui participent à la spécificité du lieu. La modeste maison du départ va se transformer en un "paquebot immobile" de 1800m2, avec quinze chambres de maître, toutes équipées de salles de bains, une piscine, un squash, un salon de coiffure... Dans les années 1950, la villa perd peu à peu son aspect initial. Au décésde Marie-Laure de Noailles, en 1970, le mobilier et les oeuvres d’art sont réparties entre ses héritiers. En 1973, la ville d’Hyères de rachete l’intégralité du domaine, et ouvre le parc au public. En 1973, la villa est inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques. Des travaux de réhabilitation commencent en 1989, et dès 1990, des expositions sont présentées. En 1996 l’Association du Festival International des Arts de la Mode d’Hyères est missionée pour prendre en charge la programmation du lieu et devient l’Association Villa Noailles.

Villa de Noailles à Hyères
Villa de Noailles

Villa de Noailles à Hyères
Villa de Noailles

Villa de Noailles à Hyères
Villa de Noailles

Villa de Noailles à Hyères
Patio Villa de Noailles

Villa de Noailles à Hyères
Villa de Noailles
 
Villa de Noailles à Hyères
La villa de Noailles et sa vue sur Skype

Jardin de la villa de Noailles à Hyères
Les jardins de la villa de Noailles, avec vue sur hyères

Jardin de la villa de Noailles à Hyères
Jardin de la villa de Noailles

Jardin de la villa de Noailles à Hyères
Jardin de la villa de Noailles

Jardin de la villa de Noailles à Hyères
Jardin de la villa de Noailles
 

Videos

La villa Noailles à Hyères (Vidéo 3'40 )

Hyères les Palmiers, entre ciel et mer (Vidéo 3'25 )

Hyeres, Provence (Vidéo 2'18 )

Hyeres, Var, France (Diaporama 6'55 )
 

Peintures

Avertissement
Les peintures présentées sont la propriété de leurs ayant-droits. Il est nécessaire d'obtenir leur autorisation pour toute utilisation commerciale. Nous demandons leur autorisation aux peintres contemporains, pour exposer leurs oeuvres. D'autre part, une reproduction, ne rend jamais parfaitement la qualité et la réalité d'un tableau. Les présentations qui vous sont faites ici ont aussi pour but de vous donner l'envie d'aller les voir dans les musées, les galeries d'Art, les ateliers des peintres et/ ou sur leur site Internet !

La place d'Hyères par Raoul Dufy
La place d'Hyères par Raoul Dufy (1877-1953) ©

La place d''Hyères aux  instruments de musique par Raoul Dufy
La place d'Hyères aux instruments de musique par Raoul Dufy ©

Le quartier de la Capte à Hyères par  Eric  Gouttard
Quartier de la Capte, à Hyères par Eric Gouttard ©

Paysage de Hyères par Lyria
Paysage de Hyères par Lyria ©

Hyères par Jacques Peyrelevade
Hyères par Jacques Peyrelevade ©

Le marché, place Clémenceau à Hyères par Arlette Beal
Le marché, place Clémenceau à Hyères par Arlette Beal ©

Champ d'iris au-dessus d'Hyères par Dan Kopel
Champ d'iris au-dessus de Hyères par D. Kopel ©
 
Vieux quartier de Hyères par Jiel
Vieux quartier de Hyères par Jiel ©

Vieux Hyères par Geneviève Defaux
Vieux Hyères par Geneviève Defaux ©

La plage du Niel par Gabrielle Canon-Courio
La plage du Niel par Gabrielle Canon-Courio ©

Hyères par Jérémy Barlow
Hyères, Jérémy Barlow ©

Rue du Four par Dimitri Spivak
Rue Paradis  par Dimitri Spivak
Rue du Four et rue Paradis à Hyères par Dimitri Spivak ©